Fenioux : La lanterne des morts du XIIe siècle est constituée de 11 colonnes avec un excalier intérieur de 38 marches et un lanternon surmonté d'une croix.

L'église Notre-Dame de l'Assomption de Fenioux a été édifiée au XIIe siècle. Le fronton est de style roman ainsi que le clocher, célèbre par son style ajouré.

Fenioux : Puits ancien et église.

Cette longue étape offre de larges paysages.

Saintes est une ville deux fois millénaire. Pour les pèlerins les moins fatigués, après cette longue étape, une visite s'impose en soirée. L'arc de Germanicus (19 apr. J.-C.), reconstruit sur la rive droite de la Charente, témoigne de l'antique Mediolanum Santonum.

La cathédrale Saint-Pierre de Saintes succède à un sanctuaire paléochrétien érigé sous l'épiscopat de l'évêque Palladius au VIe siècle. Au XIe siècle, ce dernier est ravagé par un incendie. Quelques années plus tard, l'évêque Pierre de Confolens (1112-1127) fait dresser les plans d'un nouvel édifice dont seul témoigne le croisillon sud, doté d'une coupole sur pendentifs et de murs doublés d'arcades en plein cintre à l'extérieur. Au XIIIe siècle, on adjoint à la cathédrale un cloître canonial et le logis des chanoines.

L'un des éléments les plus remarquables de la cathédrale Saint-Pierre est son clocher-porche, lequel domine le paysage urbain de l'ancienne capitale saintongeaise. Dominant les toits de la ville de près de 58 mètres, il devait à l'origine supporter une flèche en pierre qui l'aurait fait culminer à 96 mètres. Demeuré inachevé à la suite des guerres de religion, il est couvert d'un dôme en cuivre lui conférant une silhouette atypique. Un escalier à vis torte datant du XVe siècle permet de rejoindre la plate forme sommitale.

Basilique Saint-Eutrope de Saintes. Fondée en 1081, à l'instigation du duc d'Aquitaine et comte de Poitou Guillaume VIII, consacrée par le pape Urbain II en 1096, elle honore saint Eutrope, martyr, premier évêque et évangélisateur de la région. Son tombeau, déposé dans la crypte, est visité depuis cette époque par de nombreux pèlerins en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle.

Chef-d'œuvre de l'art roman saintongeais, Saint-Eutrope incorpore également des éléments d'autres styles, tels la flèche (XVe siècle), pur produit du gothique flamboyant, construite grâce à une donation du roi Louis XI. Œuvre de l'architecte Jean Lebas (également maître de chantier de la basilique Saint-Michel de Bordeaux), elle culmine à près de 80 mètres. Le chœur, gothique lui aussi, date du XVIe siècle, et la façade actuelle, pastiche roman d'une grande sobriété, date du XIXe siècle. La basilique conserve de nombreux chapiteaux romans extrêmement soignés et une série de vitraux issus des ateliers Gesta, de Toulouse, Dagrant, de Bordeaux, et Léglise, de Paris.

Chœur et cénotaphe du saint.

Statue de saint Jacques dans le gîte d'étape pèlerin Saint-Eutrope.

L'amphithéâtre romain construit sous le règne des julio-Claudiens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Les informations requises ont pour unique objet de vous faire parvenir la newsletter de la Confrérie.

En conformité avec le Règlement Européen sur la Protection des Données personnelles (RGPD), nous avons le plaisir de vous informer que ce site n'utilise aucun cookie requérant votre autorisation.

J'ai compris



Ste Roseline

Lundi 17 Janvier 2022