Nous quittons Montpellier en suivant l'aqueduc.

Signalétique jacquaire à Grabels.

Pèlerin à l'église de Grabels.

Le chemin dans la garrigue.

Cheval avec moustiquaire...

6,5 km après Montarnaud, le chemin emprunte une ancienne voie ferrée.

Aniane : L'église-abbatiale Saint-Sauveur (XVIIe siècle).

Nef de l'abbatiale Saint-Sauveur.

Aniane : Près de la rivière, la chapelle des Pénitents, devenue foyer rural a une base préromane, des fenêtres gothiques, une voûte du XVIe siècle et une porte du XVIIIe siècle.

Nous franchissons le Pont du Diable. Le pont (un des plus anciens ponts romans de France) doit son nom à une ancienne légende qui prétendait que lors de la construction du pont, le diable venait défaire chaque nuit ce que les hommes construisaient durant la journée. Un jour, les hommes (qui n'en peuvent plus de construire en vain) passent un accord avec celui-ci : il pourrait prendre la première âme qui passera sur le pont. Ainsi les hommes construisirent le pont. Mais aucun des hommes ne voulant donner son âme au diable, ils firent passer un chien en premier. Fou de rage, le Diable tenta en vain de détruire le pont sans y parvenir et se jeta dans l'eau, d'où le nom « le pont du Diable ». Il comprend deux audacieuses arches en plein cintre et deux ouïes. Il a été élargi à la fin du XVIIIe siècle.

Construit au début du XIe siècle pour relier les deux abbayes d'Aniane et de Gellone, le " Pont du Diable " a opposé mille ans de résistance victorieuse aux eaux de l'Hérault.

A méditer : " Ce qui rend une terre sacrée, c'est notre façon d'y marcher ".

Arrivée à Saint-Guilhem-le-Désert, tout simplement magique...

Chevet de l'église de l'abbaye. La fondation de l'abbaye de Gellone s'inscrit dans le contexte de la conquête franque de l'Occitanie, arrivant après l'occupation par les Wisigoths suivie de celle des Musulmans2. Pépin le Bref puis Charlemagne (742-814) s'efforcent de mettre en place une nouvelle structure administrative tandis que Benoît d'Aniane, un très haut noble d'origine germanique, et Guilhem, comte de Toulouse, se chargent de la reprise en main religieuse. Le premier fonde l'abbaye d'Aniane dans les années 780, et le second, Guilhem, fonde en 804, deux cellules de l'abbaye d'Aniane, Notre-Dame de Caseneuve à Goudargues (Gard) et Saint-Sauveur de Gellone, située actuellement dans l'Hérault, dans un lieu proche d'Aniane, mais encore un peu plus écarté.

Abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert, le cloître.

Rue du bourg de Saint-Guilhem-le-Désert.

La mairie de Saint-Guilhem-le-Désert.

Les ruines du château du Géant.

Gîte de Saint-Guilhem.

Le cloître a été démantelé et ne possède plus que deux galeries (galerie nord, une partie de la galerie ouest). Le cloître à l'origine comportait un premier étage construit à la fin du XIIe siècle. La galerie nord est percée par une série d'arcades géminées, en plein cintre, reposant sur une colonnette centrale. Les sculptures du cloître vendues à Barnard en 1906 se trouvent aujourd'hui au musée The Cloisters à New York. Quelques pièces sont conservées à la Société archéologique de Montpellier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Les informations requises ont pour unique objet de vous faire parvenir la newsletter de la Confrérie.

En conformité avec le Règlement Européen sur la Protection des Données personnelles (RGPD), nous avons le plaisir de vous informer que ce site n'utilise aucun cookie requérant votre autorisation.

J'ai compris



Ste Roseline

Lundi 17 Janvier 2022