Teilhet : Eglise avec clocher-mur et portail roman.

Vals : Eglise Sainte-Marie. Cet édifice comprend trois chapelles dont la partie basse a été creusée dans la roche au XIIe siècle et la pertie haute ajoutée et restaurée au XIXe siècle.

L'entrée de l'église s'effectue dans une fente de la roche..

L'abside conserve des fresques romanes du premier quart du XIIe siècle. Les couleurs employées sont des teintes de base : blanc, rouge, jaune, noir pouvant se décliner en différents tons, correspondant respectivement à de la chaux, de l'hématite, un ocre, et un noir de carbone.

Les fresques découvertes en 1952 ont été restaurées entre 2006 et 2008. Nativité de Jésus. Scène du Bain de l'Enfant

Christ en majesté, évangélistes : st Matthieu et st Luc, archanges avocats : st Pantasaron et Michel, chérubin.

Pamiers : Vue sur la vieille ville, les 3 clochers.

Pamiers : Cathédrale Saint-Antonin. Originellement dédiée à saint Jean Baptiste et saint Jean l'évangéliste, l'église fut appelée Sainte-Marie du Mercadal (c'est-à-dire « du marché ») en 1384, avant d'être élevée au rang de cathédrale en 1499. L'édifice est aujourd'hui dédié à saint Antonin. L'édifice est en brique toulousaine, matériau typique de la région.  L'église d'origine, remontant au XIIe siècle, ne subsiste que par une partie du portail. En effet les guerres de religion, durant le XVIe siècle, causèrent de lourds dégâts dans la ville, ne laissant debout que le clocher qui pouvait être utilisé comme tour de guet. La nef, reconstruite, ne fut totalement achevée qu'en 1689. Il est de tradition d'attribuer le plan de cette nouvelle église à François Mansart, ce qui est plausible compte tenu du style très sobre de l'ensemble. D'autres l'attribuent au neveu de cet architecte, Jules Hardouin-Mansart (1645-1708), dont on sait qu'il travailla sous la direction de son oncle.  Cette cathédrale est à nef unique, les chapelles venant s'insérer entre les contreforts.

L’église Notre-Dame-du-Camp tient son nom (« Notre Dame des Champs ») de sa situation géographique, hors les murs de la ville. Cette église romane fut agrandie et agrémentée d'une façade crénelée. Elle fut détruite par les Réformés en 1577 et reconstruite au XVIIème siècle, elle est classée depuis 1912.

Pamiers : Tour de l'hôtel des Monnaies du Languedoc. Il s’agit de la tour de garde d’un atelier monétaire créé en 1419 par Jean Ie de Bourgogne, dit " Jean sans Peur ".

Pamiers : Tour de Nerviau. Il s’agit du seul témoignage de l’enceinte fortifiée qui séparait les quartiers du Couserans et du Mercadal. Le dernier remaniement de ce bâtiment date du XVe siècle.

Les canaux ceinturant la vieille ville sont inscrits à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1999. Dès le XIe siècle, ils faisaient tourner les nombreux moulins.

 
Les informations requises ont pour unique objet de vous faire parvenir la newsletter de la Confrérie.

En conformité avec le Règlement Européen sur la Protection des Données personnelles (RGPD), nous avons le plaisir de vous informer que ce site n'utilise aucun cookie requérant votre autorisation.

J'ai compris



Ste Roseline

Lundi 17 Janvier 2022