Montredon : ce village pittoresque est étagé sur un mamelon et dominé par l'église Saint-Michel.

Au bas du villlage, la chapelle Notre-Dame-de Pitié, dite du carrefour, rebâtie en 1958, remplace une chapelle plus ancienne dont on conserve une statue de pierre fin XVe siècle,

Pietà de la chapelle Notre-Dame-de Pitié de Montredon en pierre peinte du XVIe siècle.

Plaque sur le chemin...de quoi méditer.

Paysage avant Guirande (crédit photo M. Jérémie).

Chapelle de Guirande (crédit photo M. Jérémie).

Intérieur de la chapelle de Guirande : fresques du choeur (Crédit photo M. Jérémie).

Fresques de la chapelle de Guirande : Christ en Majesté (crédit photo M. Jérémie).

Fresques de la chapelle de Guirande : Taureau de saint Luc (crédit photo M. Jérémie).

Nous arrivons à Figeac au pont du Pin. C'est un pont médiéval comprenant deux voûtes construites au XIIIe siècle et une troisième au XVe siècle. Cette dernière enjambait le bief amont du moulin de Paramelle. Ce pont doit son nom à un grand pin disparu à la Révolution.

Figeac fût une dynamique cité marchande au Moyen Age. La ville conserve la physionomie urbaine et un ensemble remarquable de belles demeures de cette époque. Il vous faut vraiment prendre le temps de flâner et de découvrir Figeac. Ici, Maison des Templiers sur la place Champollion.

On ne peut pas parler de Figeac sans évoquer le plus célèbre enfant du pays, Jean-Fançois CHAMPOLLION (1790-1832), égyptologue français, à l'origine du déchiffrement des hiéroglyphes. La place des Ecritures est enchâssée dans un ensemble architectural médiéval, son sol est couvert d'une reproduction monumentale de la pierre de Rosette (14 x 7 m), sculptée dans du granite noir du Zimbabwe par l'artiste conceptuel américain Joseph KOSUTH. Inaugurée en avril 1991, cette importante œuvre contemporaine demande également à être contemplée depuis le jardin suspendu du musée qui domine la place. Dans une courette attenante, la traduction en français des inscriptions est gravée sur une plaque de verre.

Vieilles maisons au niveau de la rue du canal.

La construction de l'abbatiale Saint-Sauveur dura pratiquement deux siècles de 1130 au XIIIe siècle. C'est une église de pèlerinage semblable par ses dimensions à Saint-Cernin de Toulouse ou Sainte-Foy de Conques, dotée d'une triple nef, d'un vaste transept, d'un déambulatoire et d'une abside à chapelles rayonnantes. L'ancienne salle capitulaire est décorée de bois polychrome du XVIIe siècle.

Abbatiale Saint-Sauveur : chapelle (crédit photo M. Jérémie).

"Le rêve de Saint-Martin", panneau de bois polychrome (fin XVIIe siècle).

 Vieux Figeac : terrasse d'un salon de thé (crédit photo M. Jérémie).

Ruelle dans le vieux Figeac (crédit photo M. Jérémie).

Escaliers conduisant à l'église Notre-Dame-du-Puy (crédit photo M. Jérémie).

Saint Jacques en l'église Notre-Dame-du-Puy (crédit photo M. Jérémie).

Vue de Figeac depuis Notre-Dame-du-Puy (crédit photo M. Jérémie).

Le Célé, vue vers l'amont depuis le pont Gambetta.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Les informations requises ont pour unique objet de vous faire parvenir la newsletter de la Confrérie.

En conformité avec le Règlement Européen sur la Protection des Données personnelles (RGPD), nous avons le plaisir de vous informer que ce site n'utilise aucun cookie requérant votre autorisation.

J'ai compris



Ste Roseline

Lundi 17 Janvier 2022