Avant votre départ sur la voie d'Arles, il vous faut consacrer une journée à la visite de cette remarquable cité, marquée par l'histoire depuis 2 500 ans. Les ruines de Saint-Honorat gardent de leur origine romaine un choeur et un clocher à deux étages d'arcades en plein cintre.

Détail de l'église Saint Honorat - Lanternon.

De l'époque romaine au Moyen Âge, les Alyscamps ont été une nécropole païenne puis chrétienne située à l'entrée sud-est de la cité d'Arles sur la via Aurelia, c'est-à-dire en dehors de la cité comme la plupart des nécropoles romaines. Ils comprenaient de très nombreux sarcophages.

Vestiges du théâtre : deux des colonnes encadrant la porte royale du mur de scène. Le théâtre antique d'Arles a été construit à la fin du Ier siècle av. J.-C., sous le règne de l'empereur Auguste, juste après la fondation de la colonie romaine. Commencé vers 40/30 av. J.-C., il fut achevé vers l’an 12 av. J.-C. devenant ainsi l'un des premiers théâtres en pierre du monde romain.

La Vénus d'Arles est au Louvre après avoir orné Versailles. Une copie est à L'Hôtel de ville d'Arles, une autre (sans bras) est au Musée de l'Arles antique.

 Les arènes édifiées en 46 av. J-C, mesurent 136 mètres sur 37 mètres.

Les Thermes de Constantin : ils ont été construits au début du IVe siècle, lorsque l'empereur Constantin résidait à Arelate. Connus au Moyen Âge sous le nom de « Palais de la Trouille », ils ont traditionnellement été considérés à tort comme les ruines d'un palais que l'empereur Constantin aurait érigé.

La cathédrale Saint-Trophime est un joyau roman.

Le transept, partie la plus ancienne, est réalisé en appareils grossiers, à joints épais, sans marque de tâcherons. À la croisée du transept s’élève une coupole surmontée d’un clocher roman, haut de 42 m et de section carrée. Cette tour comprend trois étages en retrait les uns sur les autres et un quatrième étage très court. Les deux premiers étages sont ornés de bandes lombardes, le troisième de pilastres à chapiteaux corinthiens. Ce clocher ressemble à ceux de Moustiers-Sainte-Marie et de Castellane.

Ce portail sculpté est ajouté à l’église entre 1180 et 1190. Avec la façade de l’abbaye de Saint-Gilles qui lui est très légèrement antérieure, il constitue un des deux plus grands ensembles sculptés de l’art roman en Provence. Le tympan de Saint-Trophime reprend le thème biblique du tétramorphe évoquant la vision d'Ézéchiel ou l'Apocalypse de saint Jean, symbole ensuite des quatre Évangélistes ; il montre un Christ triomphant et justicier, assis, tenant sur ses genoux la bible et bénissant avec ses deux doigts de sa main droite levée. Il est entouré par les symboles classiques des quatre évangélistes : un lion ailé pour saint Marc, un ange (ou un homme ailé) pour saint Mathieu, un aigle pour saint Jean et un taureau ailé pour saint Luc. Les deux évangélistes figurant au bas du tympan Marc et Luc, qui à la différence de Mathieu et Jean n'ont pas connu le Christ, ne regardent pas le fils de Dieu.

Saint Jacques sur la façade de la cathédrale Saint-Trophime.

Homme nu, coiffé d'un bonnet phrygien, portant deux petits personnages appelés les Crécopes qui restés sourds à la parole divine (ils se bouchent les oreilles) vont en enfer.

La nef centrale mesure 40 m de long, 15 m de large et 20 m de haut. Romane, haute et obscure, flanquée d'étroits bas-côtés, elle se termine par un choeur gothique.

Une des chapelles gothiques, la chapelle du Saint-Sépulcre.

Trois sarcophages paléochrétiens ont été apportés dans l’église au XIXe siècle. Ici, sarcophage de Paulus Geminus (début Ve siècle), administrateur du Trésor des cinq provinces de Gaule, ayant exercé ses fonctions à Vienne puis à Arles lorsque y fut transférée vers 395 la préfecture du Prétoire. En marbre de Carrare, ce sarcophage a une composition unique à Arles: il est divisé en trois niches par des pilastres cannelés, dans celle du centre est représenté le Christ barbu avec au-dessus de sa tête une croix, dans celle de droite saint Pierre et celle de gauche saint Paul.

Des tapisseries d’Aubusson du XVIIe siècle au décor d'inspiration flamande, illustrent le cycle des Scènes de la vie de la Vierge Marie.

Arles, la place de la République avec l’hôtel de ville.

Vue sur Arles et le Rhône.

Ancien pont aux Lions.

Nous marchons sur le chemin de la digue du petit Rhône.

Rizière

Ancien pont avant Saint-Gilles.

Saint-Gilles a une longue tradition d'accueil des pèlerins.

L' abbatiale du XIIe siècle est classée sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco au titre d'étape sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France.

 

 

 

 

 

 

 
Les informations requises ont pour unique objet de vous faire parvenir la newsletter de la Confrérie.

En conformité avec le Règlement Européen sur la Protection des Données personnelles (RGPD), nous avons le plaisir de vous informer que ce site n'utilise aucun cookie requérant votre autorisation.

J'ai compris



Ste Roseline

Lundi 17 Janvier 2022